Des forêts pour l'eau potable : la forêt protège votre eau (jpg - 18 Ko)

La forêt protège votre eau

La qualité de l'eau constitue un enjeu sensible en France, où les pesticides et les nitrates sont fréquemment en cause. Les traitements requis pour potabiliser l'eau, voire la nécessité de changer de ressource, impactent le prix de l'eau. 

Face aux approches curatives, les forestiers contribuent à une solution préventive, pour produire de l'eau potable naturellement, « de l'eau forestière », à un coût défiant toute concurrence.

Des forêts pour l'eau potable : la forêt protège votre eau

Cette brochure précise les rôles de la forêt et des forestiers quant à la qualité de l'eau, la valeur des services fournis par la forêt, et présente les solutions contractuelles pour optimiser la protection de la ressource en eau. 

À télécharger :


Des forêts pour l'eau potable : valoriser les services rendus

Des forêts pour l'eau potable (jpg - 27 Ko)
  • Les ménages seraient prêts à payer jusqu'à 50 €/an de plus pour disposer d'une eau d'origine forestière au robinet.
  • Plus il y a de forêt, moins l'eau est chère.

Ces 2 résultats montrent l'intérêt de la valorisation des services forestiers.

Pérennité du couvert végétal et protection des sols, gestion extensive et faible teneur en nitrates des eaux infiltrées, rôle de filtre épurateur, image naturelle : les forestiers n'ont pas à rougir de leur action sur la ressource en eau potable, bien au contraire.

Cette action constituerait d'ailleurs un atout à valoriser.

Une plaquette à télécharger détaille ces résultats de l'action conjointe INRA et CNPF-IDF "forêt et eau". 

À télécharger :

À consulter :


D'autres informations sur la gestion forestière et la qualité de l'eau

À télécharger :

  • Les paiements pour services environnementaux : une opportunité pour les forêts méditerranéennes ?

    Les paiements pour services environnementaux (ou écosystémiques) – PSE – sont des outils économiques incitatifs et de plus en plus utilisés. Les propriétaires ou les gestionnaires sont payés par les usagers ou les bénéficiaires du service environnemental pour la fourniture du service ou pour l'application d'une méthode de gestion forestière spécifique assurant la réalisation du service environnemental désiré – par exemple une société des eaux voulant préserver son aire de captage. Une note de synthèse rédigée dans le cadre des projets européens SylvaMED et NEWFOREX, et publiée par l'EFI. La version française a été établie par les CRPF Provence-Alpes-Côte d'Azur et Languedoc Roussillon.

À consulter :