Diagnostic : par où commencer avant reconstitution ?

De nombreux critères interviennent dans le choix d'une méthode de reconstitution et des techniques permettant de la mettre en oeuvre. La démarche de diagnostic préalable expliquée pas à pas, avec un document de 4 pages à télécharger et imprimer pour le terrain, et un article complet de Jacques Becquey pour Forêt-entreprise.

1er niveau : la parcelle

Sur le terrain, les observations suivantes permettent de dégager des recommandations pour chaque cas de figure.

  • Station : possibilité de mécanisation, potentiel de production, fragilité du sol...
  • Peuplement sinistré : possibilités de maintien des arbres rescapés, risques sanitaires, stabilité, mode de gestion, PSG, dégâts, aides...
  • Régénération naturelle (essences adaptées) : semis, potentiel de régénération naturelle, végétation concurrente...
  • Cervidés : risques de dégâts, nécessité de protéger, utilisation du recru...
  • Encombrement du terrain : rémanents, souches renversées ou hautes, coûts...

L'analyse est à faire sur le terrain, avec le "4 pages" à télécharger ci-dessous et à imprimer. Il suffit d'étudier successivement les 5 facteurs principaux proposés, sans tenir compte des autres, de se placer dans la case correspondant au critère de classement le plus pertinent, d'entourer ou de surligner les indications et recommandations indiquées à ce niveau. A la fin, le choix "terrain" se fait en synthétisant et en mettant en cohérence l'ensemble de ces recommandations.

À télécharger :


2nd niveau : l'environnement de la parcelle

L'analyse se fait avec le propriétaire en intégrant les facteurs extérieurs susceptibles de modifier ou d'infléchir les résultats de l'analyse sur la parcelle. 5 grandes rubriques sont résumées ci-dessous. Elles ne sont pas développées plus dans cette fiche ; des compléments figurent dans l'article complet de Forêt-Entreprise n°142, à télécharger ci-dessous.

  • Objectifs et moyens du propriétaire : disponibilité, personnel, compatibilité entre objectifs, investissements et suivi...
  • Parcelle / propriété et surface sinistrée : autres travaux, regroupements, priorités, organisation des travaux, seuils de surface, PSG...
  • Entreprises, matériels, techniques : localisation, qualification, faisabilité des travaux, adaptations possibles...
  • Contraintes locales : réglementations, paysage, techniques et essences proscrites, adaptations...
  • Les aides : modalités, engagements, choix par rapport au forfait, devis...

La décision

Le choix définitif de la méthode de reconstitution se fait ensuite, en synthétisant les deux niveaux. Elle doit déboucher sur les choix suivants, dans l'ordre :

  1. essences et mode de régénération (naturelle, artificielle, combinaison)
  2. mode de traitement sur la parcelle (régulier, irrégulier, par bouquets, parquets, ....)
  3. méthode d'entretien, écartements entre lignes ou cloisonnements
  4. méthode de reconstitution (préparation du terrain, densité, protection, ...)
  5. méthode de nettoyage adaptée aux choix précédents
  6. système d'aide retenu, compatible avec l'ensemble.

Cette démarche permet ensuite de définir un itinéraire technique, sur au moins 15 ans, incluant le chiffrage des dépenses.

À consulter :