Ancienneté de l'état boisé

Les forêts anciennes présentent une biodiversité très utile au sylviculteur et une valeur patrimoniale indéniable. Pourquoi ? Comment les reconnaître ? Comment les prendre en compte au quotidien ?

Un concept nouveau pour nos forêts de demain

Couverture Forêts anciennes : un concept nouveau pour nos forêts de demain (jpg - 18 Ko)

Près de la moitié des forêts en France sont récentes, installées suite à l'abandon de terres agricoles depuis moins de 200 ans.

On appelle "forêt ancienne" une forêt dont la présence est attestée depuis au moins 150 ans, par un document cartographique par exemple. Ce terme ne fait pas référence à l'âge du peuplement, mais à la présence continue d'arbres sur un territoire depuis longtemps.

À télécharger :


Forêt ancienne vs forêt récente

Forêt ancienne VS forêt récent (jpg - 63 Ko)

Une forêt ancienne, autrefois défrichée pour mettre le sol en culture, puis recolonisée par la végétation, devient alors une forêt récente. Le passé agricole a marqué les sol, et la faune et la flore forestière restent différentes longtemps après.

L'observation de la flore forestière est ainsi un moyen d'apprécier l'ancienneté de vos bois


Les plantes et l'ancienneté de l'état boisé

Cette brochure présente des exemples de plantes typiques de forêts récentes et une liste de plantes que l'on retrouve plus en forêts anciennes. Ce concept de forêts anciennes fait référence à l'héritage boisé, à l'histoire locale, aux continuités.

Une approche par les végétaux de l'historique de ses bois qui mérite considération, d'autant plus qu'elle ne nécessite aucune gestion forestière particulière pour maintenir ce patrimoine.

À télécharger :


Comment maintenir ce patrimoine ?

Vous pouvez aussi identifier les îlots de forêts anciennes dans vos bois à l'aide de documents historiques. La Carte d'Etat-major levée au XIXe sc et accessible sur le site Internet Géoportail est un bon outil de localisation.

Une forêt ancienne est peu sensible à l'intensité de la gestion forestière (coupe rase sur une surface raisonnée, éclaircie) et au traitement (taillis simple, mélange futaie-taillis, futaie régulière ou irrégulière). Dans tous les cas :

  • éviter de défricher une parcelle de forêt ancienne, 
  • restreindre les perturbations brutales du sol au minimum (dessouchage, labour en plein, désherbage chimique, amendement, fertilisation), 
  • choisir en priorité des parcelles à proximité d'une forêt ancienne en cas de nouveau boisement, 
  • privilégier le renouvellement par des essences les plus adaptées au sol et au climat et maintenir si possible les essences d'origine. 

Ces recommandations sont valables partout, mais elles le sont d'autant plus que le secteur contient peu de forêts anciennes.

Les forêts anciennes peuvent alors jouer le rôle de réservoir, pour les espèces rares qui leur sont propres, au profit de vos boisements les plus récents à leur contact : au fur et à mesure de leur vieillissement, ces derniers pourront être petit à petit colonisés.

À consulter :


À consulter :