Les forestiers s'unissent !

Le 14/05/2020

le Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest (Sysso) rejoint Fransylva pour assurer une meilleure représentativité et peser plus lourd dans la défense d’intérêt des propriétaires forestiers. A l’heure où la forêt privée affronte de vrais sujets de société (changement climatique, sécheresse, crises sanitaires…) et devient un enjeu d’avenir, cette union représente une vraie opportunité. Unis, les forestiers privés de France s’engagent.

Unir les forces forestières

Le Syndicat des Sylviculteurs du Sud-Ouest (Sysso) qui représente les intérêts des propriétaires forestiers et sylviculteurs des trois départements des Landes de Gascogne (Gironde, Landes et Lot-et-Garonne) a rejoint le 14 mai 2020 Fransylva, la Fédération nationale des syndicats de forestiers privés. Les 6000 adhérents du Sysso, qui gèrent plus de 65 % de la forêt privée de la région, rejoignent les 15 Unions régionales, 73 syndicats départementaux ou interdépartementaux déjà regroupés au sein de la fédération Fransylva. Une bonne nouvelle car ce rapprochement doit permettre d’apporter une réponse commune aux défis forestiers d’aujourd’hui, qui ne connaissent pas de frontières. Dégâts liés au changement climatique, attaques de parasites, tempêtes, incendies… menacent les sylviculteurs dans tout le pays.

« Unis, nous sommes plus forts pour trouver des solutions face aux problèmes sanitaires et face aux enjeux d’adaptation de nos forêts au changement climatique, ainsi que pour défendre leurs vertus environnementales face aux attaques injustifiées dont elles font l’objet à ce titre. » -  Vincent Dorlanne, Président du Sysso

« Nous nous réjouissons du retour du Sysso au sein de Fransylva après une interruption de plus de 20 ans. Plus que jamais, propriétaires forestiers, nous devons parler d’une seule voix pour faire comprendre nos choix et rassurer. » - Antoine d’Amécourt, président de Fransylva.

 

Le particularisme landais

En raison de l’histoire de la forêt du Sud-Ouest, le Sysso est spécialisé dans la forêt de production de pin maritime. Pour Fransylva, cette spécificité du Sysso représente une richesse supplémentaire. « Nous avons à cœur de préserver les identités et les savoir-faire de chaque propriétaire et de chaque région. » souligne Antoine d’Amécourt. « L’expertise du Sysso et le professionnalisme des forestiers landais renforcent Fransylva et nous permettront de mieux représenter la forêt cultivée, au même titre que les autres modes de gestion plébiscités par les forestiers privés. Plusieurs modes de sylvicultures peuvent et doivent coexister selon les climats, les besoins, les régions, etc. Nous sommes convaincus que c’est la diversité des pratiques qui permet de préserver la biodiversité à l’échelle nationale puisque la gestion des forêts s’adapte à l’histoire et aux caractéristiques de chaque territoire. ».