Fransylva à l'action

Le 26/10/2018

Cerfs élaphes. Jean-Marc Corti © CNPF

Zoom sur 8 actions clés de la Fédération :

  1. Captage d’eau et gestion forestière
  2. Code de l’environnement
  3. acceptabilité des coupes
  4. la forêt bouge
  5. forinvest
  6. le temps des forêts
  7. rencontre avec le député de la Vienne
  8. société d’amis des forêts

 

1/ Captage d’eau et gestion forestière

Un adhérent de Fransylva, dans l’Aude, a vu sa propriété incluse dans un périmètre de protection rapprochée d’un captage d’eau potable. Cette confguration implique des contraintes importantes en matière de gestion forestière. Cet adhérent au syndicat a alors introduit un recours devant le tribunal administratif pour obtenir l’annulation de l’arrêté préfectoral. Pour appuyer sa démarche, Fransylva Aude a également déposé un recours contre cet arrêté, avec l’aide du service juridique de la Fédération.

2/ Code de l’environnement

Fransylva réagit par rapport à une modifcation récente du code de l’environnement, restreignant au cerf élaphe, seul, l’obligation des plans de chasse et l’ouverture de périodes de chasse dérogatoires (au lieu de prendre en compte toutes les espèces de cerfs). Cette disposition, certespositive, ne va pas assez loin dans le sens d’une meilleure régulation du gibier. Fransylva travaille afn de trouver des solutions face à l’accroissement des dégâts liés au cerf élaphe.

3/ acceptabilité des coupes

Les professionnels constatent de plus en plus d’attaques lors de la mise en place de chantiers forestiers. Face à cela, France Bois Forêt a mis en place un groupe de travail sur l’acceptabilité des coupes. Fransylva y participe aux côtés des acteurs de la flière. L’enjeu, dans un premier temps, est de pouvoir dresser un état des lieux exhaustif des controverses rencontrées sur le terrain. Ensuite, ce groupe de travail développera en commun des arguments pour permettre à tous les acteurs confrontés à des blocages dits citoyens d’y répondre de manière pédagogique.

4/ la forêt bouge

Le site Internet La forêt bouge est un outil mis en place par le CNPF et fnancé par le ministère de l’Agriculture pour faciliter la prise de contact des propriétaires forestiers entre eux et avec les professionnels de la flière. Fransylva et le CNPF ont organisé un séminaire pour permettre à des représentants de Fransylva en région (Paca, Pays de la Loire, Poitou-Charentes et Centre) de tester l’outil et de proposer des améliorations. L’enjeu de cette concertation était aussi de pouvoir prévoir l’implication future des antennes Fransylva dans la promotion de cet outil auprès des propriétaires forestiers.

5/ forinvest

Forinvest a créé la SIBA (Société d’investissement de Business Angels) en levant près de 700 000 euros auprès d’adhérents de Fransylva et du Crédit agricole Nord-Est. Ces fonds seront investis dans environ cinq sociétés. Le comité de sélection de Forinvest étudie actuellement plusieurs projets dans des secteurs tels que le sciage de feuillus, la construction modulaire en bois ou encore le bardage bois.

6/ le temps des forêts

Ce documentaire sorti en salle au mois de septembre a quelque peu fait parler de lui, principalement dans le microcosme forestier et environnementaliste. Quelques extraits visionnés sur Internet vous permettront de vous faire une opinion. L’auteur a focalisé son propos sur des forêts résineuses de production. Il dénonce un modèle de sylviculture calqué sur l’agriculture intensive pour produire plus de bois et plus vite. Le grand public, ignorant des réalités de la forêt française, risque malheureusement de prendre ces accusations pour argent comptant. Afn d’aider les adhérents de Fransylva à réagir face aux sollicitations éventuelles, un argumentaire répondant aux principales questions soulevées par ce flm a été créé et diffusé par Fransylva auprès de toutes les antennes départementales.

7/ rencontre avec le député de la Vienne 

Fransylva a organisé un déjeuner avec Nicolas Turquois, député de la Vienne, et Patrick Mercier, président de Fransylva de ce département. Cette rencontre a permis d’aborder trois enjeux importants pour les forestiers de la région. D’abord, l’immobilisme du marché des transactions des petites parcelles. Ensuite, le régime fscal lié aux parcelles de peuplier. Enfn, les dégâts liés à l’augmentation des populations de castors. Le député, lui-même populiculteur, s’est montré très impliqué sur ces problématiques forestières locales qui touchent également d’autres régions en France.


8/ société d’amis des forêts

Fransylva a assisté au colloque organisé à Rambouillet par la Fédération nationale des Sociétés d’amis des forêts. Cette matinée d’échanges a permis de faire le point sur le Programme national de la forêt et du bois et ses applications régionales. Différentes interventions, notamment de la part de l’ONF et du CNPF, ont permis de dresser un état des lieux des avancées de ces programmes.