Repères sur la production de bois

La forêt française : 3e stock européen de bois sur pied

Évolution du volume sur pied par groupe d'essences en forêt privée (millions de m3) (jpg - 58 Ko)

Évolution du volume sur pied par groupe d'essences en forêt privée (millions de m3)


En France, le volume sur pied est de 2,6 milliards de m3. Depuis 1980, le volume sur pied en forêt privée a augmenté de 742 Mm3 pour atteindre 1,8 milliards de m3, soit une augmentation de 68%.

La hausse du volume sur pied feuillu de 556 millions de m3 représente + 81%. L'augmentation de 186 millions de m3 du volume sur pied résineux est de + 46%.


Une vaste ressource en progression en forêt privée

60,9 millions de m3 sont récoltés en 2013 en forêt française, dont 25,1 m3 non commercialisés (autoconsommation).

Depuis ces cinquante dernières années, la récolte de bois a augmenté de 41% en forêt privée. En 2013, la récolte commercialisée est de 35,8 millions de m3 ronds sur écorce. Elle se répartit en 52% de grumes de bois d'oeuvres, 29% de bois d'industrie et 19% de bois énergie.

Récolte de bois (y compris autoconsommation) :

Source : Inventaire forestier national (IFN) et enquête annuelle de branche (EAB) - Agreste - Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt.


Une récolte de bois feuillu au plus bas

Alors que le volume de bois d'oeuvre résineux français a augmenté de 13% entre 1990 et 2009, depuis quatre années consécutives, ce volume diminue avec la fin de la mobilisation des chablis tempête Klaus (2009). Cependant, malgré cette diminution, la récolte de bois résineux reste majoritaire, elle représente plus de la moitié de la récolte mise sur le marché.

La récolte de bois d'oeuvre feuillu français a nettement diminué au cours du temps pour atteindre en 2013 son plus bas niveau depuis 60 ans. Cette évolution s'explique notamment par le recul des débouchés classiques (meubles massifs...) et le non remplacement par d'autres. La fermeture de scieries de feuillus de faible capacité et l'augmentation des coûts d'exploitation et le niveau des prix expliquent également ce recul du sciage feuillu. La forte concurrence internationale avec l'arrivée de nouveaux acteurs (Pays d'Europe de l'Est, Asie du Sud-Est...) ces 20 dernières années, accentue ce repli.

Évolution récente de la récolte de bois d'oeuvre feuillus et résineux :

Source : Enquête annuelle de branche (EAB) - Agreste - Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt.

 

Aujourd'hui, 28% de la surface en résineux fournit 74% de la récolte de bois d'oeuvre et 83% des sciages, alors que 72% de la surface en feuillus fournit 26% de la récolte de bois d'oeuvre en 17% des sciages français.

Évolution récente de la récolte de bois d'oeuvre feuillus et résineux :

Source : Inventaire forestier national (IFN) et enquête annuelle de branche (EAB) - Agreste - Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt.


Les scieries de résineux se concentrent

En 2013, la France compte 1636 scieries en activité. Leur nombre est en baisse d'environ 79% depuis 1996.

Environ 46% des scieries françaises produisent seulement 3% des sciages. Mais elles pourraient favoriser une valorisation locale des bois et alimenter les filières artisanales notamment, si elles investissaient pour se moderniser (séchage, rabotage).


Le bois d'oeuvre : 72% de la valeur de la récolte

En 2010, on recense une récolte commercialisée d'une valeur de 1,6 milliards d'euros.

  • 72% de la valeur de cette récolte, soit 1,169 milliards d'euros, proviennent du bois d'oeuvre (dont chênes : 289 millions d'euros, sapin épicéa : 357 millions d'euros et pin maritime : 189 millions d'euros),

  • 18% soit 302 millions d'euros proviennent du bois industrie,

  • 9% soit 151 millions d'euros proviennent du bois énergie commercialisé.

Valeur de la récolte commercialisée :

Valeur de la récolte commercialisée (jpg - 101 Ko)

L'érosion des prix du bois feuillu et résineux en France

Depuis 1973, le prix des grumes feuillues et résineuses en euros constants est en baisse régulière.

Les prix des chênes de plus de 50 cm de diamètre est plus que divisé par deux.

Pour les résineux, le prix des grumes de sapin a baissé de - 74%, d'épicéa (- 71%), de pin sylvestre (- 70%) et de pin maritime (- 61%). Seul le douglas a bénéficié d'une augmentation notable de 41% entre 2000 et 2010.