Projets carbone

Des entreprises et collectivités engagées pour le Climat

Conversion de taillis de châtaignier en Bas-Dauphiné (c) Loïc Casset, CRPF RA (jpg - 9 Ko)

À l'échelle locale, de nombreux acteurs s'engagent pour lutter contre le changement climatique : les collectivités par l'intermédiaire des Plans Climat -Énergie Territoriaux ou les entreprises dans des stratégies de responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

Après avoir évalué leur profil d'émissions au travers d'un bilan carbone, ces acteurs cherchent avant tout à réduire leur impact climatique grâce à des plans d'actions visant à limiter leurs émissions de gaz à effet de serre.

Lorsqu'il n'est plus possible de diminuer ces émissions, ils peuvent faire appel à la forêt pour son rôle de séquestration, reconnu par tous. Alors qu'historiquement les projets carbone forestiers se sont développés dans les pays du Sud, il est aussi possible d'accompagner  en France la gestion forestière pour maximiser le rôle d'atténuation de la forêt : de tels projets prennent alors tout leur sens puisqu'ils sont locaux et palpables.


Principe d'un projet carbone

Pincipe d'un projet carbone (jpg - 49 Ko)

La gestion forestière fait partie de la solution

Dans de nombreux contextes forestiers, le rôle d'atténuation de la forêt n'est pas optimisé. Pour répondre à la problématique sylvicole locale, des solutions techniques sont identifiées et le soutien des financeurs (Neuflize OBC, Groupe La Poste) permet de lever les points de blocage. Les itinéraires « carbone + » visent à améliorer les rôles de séquestration et de substitution de la forêt en favorisant la production de bois d’œuvre.

Les itinéraires sylvicoles sont conçus pour dynamiser les filières locales en améliorant la qualité et la valeur du bois. D'autres critères sont également pris en compte : l'impact positif à neutre sur la biodiversité, la préservation des sols et de la ressource en eau, la lutte contre l’érosion des sols etc.


L'émergence de dispositifs régionaux

Dans plusieurs régions se sont mis en place des dispositifs carbone et forêt. Ces associations font le lien entre la demande des entreprises et collectivités pour relocaliser leurs actions climat et les forestiers qui proposent des projets d'atténuation.




Aquitaine Carbone






Normandie Forêver
 Sylv'ACCTES
Sylv'ACCTES,
en Rhône-Alpes
 


Duramen
 en Région Centre

Un partenariat innovant sur le territoire du Massif Central

Le projet d’appui à la compensation carbone dans les forêts du Massif central, a débouché sur un premier partenariat d’ampleur entre les forestiers, représentés par le CNPF, les 6 Régions (Auvergne, Bourgogne, Languedoc-Roussillon, Limousin Midi Pyrénées et Rhône-Alpes) représentées par le GIP Massif central et le Groupe La Poste.

Grâce au soutien de La Poste, 4 projets ont vu le jour sur différents territoires du Massif Central :

  • en Margeride (Lozère) avec l’ASLGF de la Terre de Peyre : boisements/reboisements résineux de parcelles impactées par la neige et les tempêtes et gestion forestière améliorée dans des pinèdes ;

  • dans les Combrailles (Puy-de-Dôme) avec l’ASLGF des Combrailles : reboisements résineux de parcelles impactées par les tempêtes ;

  • dans le Périgord-Limousin (Haute-Vienne) avec l’ASLGF Forêt Agir Limousin : balivage (conversion de taillis en futaies sur souche) de taillis de châtaignier, amélioration d’accrus feuillus, boisements/reboisements résineux ;

  • dans les Cévennes (Ardèche) avec l’ASLGF des Cévennes ardéchoises : introduction de pin de Salzmann local (préalablement élevé en pépinière) par boisement et enrichissement, boisements feuillus mélangés et enrichissements feuillus divers sous couvert léger de pin maritime, travaux sylvicoles de réduction du risque d’incendie dans les peuplements de pin de Salzmann (dépressage, débroussaillement)

 

Sur ces projets est donc expérimenté un nouveau modèle économique, s’apparentant à un paiement pour service environnemental (en l’occurrence l’optimisation de la séquestration du carbone par des forêts adaptées aux stations et au contexte de changement climatique), qui a vocation à être reproductible.


Vers un standard carbone forestier français

Ces premières initiatives régionales et du GIP Massif Central permettront de consolider la construction d’un référentiel national de certification carbone.

Le projet "VOCAL" mené par I4CE (ex-CDC Climat), le CNPF et le GIP Massif central, avec le soutien du fonds européen FEDER Massif central, vise à produire une certification de la qualité environnementale des projets forestiers avec, à terme, la génération des premiers crédits carbone forestiers français.

Ce projet s'inscrit dans la dynamique créé par le Club Carbone Forêt Bois, animé par I4CE. Le CNPF et la fédération Forestiers privés de France sont membres fondateurs de ce Club Carbone Forêt Bois, avec le SYSSO, l'ONF, l'ASSFOR, et la Société forestière.

À consulter :


Contact