Empreinte carbone

Pays Vallée de la Sarthe et Pays des Mauges (jpg - 17 Ko)

De nombreux territoires se lancent dans l’évaluation de leur bilan carbone, parce qu’ils y sont contraints réglementairement ou de manière volontaire.

Toutefois, les secteurs agricole et forestier ne sont souvent que partiellement pris
en compte dans ces bilans, bien qu’ils soient les seuls à avoir un effet bénéfique sur le climat grâce à leur potentiel de stockage.

Financée par l’Ademe et le Leader, une étude à caractère innovant a été menée sur 2 territoires de la régions Pays de la Loire : le pays Vallée de la Sarthe et le pays des Mauges. Cette étude comportait deux volets :

  • l’empreinte carbone du bocage réalisé par l’association Mission Bocage et la Chambre d’Agriculture de la Sarthe
  • l’empreinte carbone des forêts réalisée par le CNPF-IDF et le CRPF Pays de la Loire.

Ces travaux ont mis en évidence le rôle important joué par les forêts du territoire : 

  • elles constituent un stock de carbone considérable, 3 à 7 fois les émissions annuelles des pays ;
  • leur accroissement en volume et en surface contribue à capter chaque année respectivement 10% et 3,6% des émissions du Pays Vallée de la Sarthe et des Mauges ;
  • les produits bois issus de la gestion des forêts des territoires permettent d’éviter d’importantes émissions de carbone fossile en se substituant à des matériaux énergivores (plastique, acier, aluminium…) ou à des énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon…).

Des recommandations ont été faites pour améliorer l’empreinte carbone : continuer les actions de boisement, produire quand c’est possible du bois d’œuvre de qualité, favoriser l’utilisation du bois local, ainsi que ses usages en cascade (recyclage).

 

L’atténuation de l’empreinte carbone des territoires est un service non-marchand rendu par la forêt. Un mécanisme permettant de soutenir les actions vertueuses des forestiers réduisant cette empreinte permettrait aux territoires de compenser localement leurs émissions tout en soutenant la filière.

La méthodologie développée par le CNPF-IDF pourra être valorisée sur d’autres territoires désireux de quantifier l’empreinte carbone de leur forêt.

À télécharger :